Projet «  Formations pour une meilleure alimentation du bétail  »  au Burkina Faso
ABADAS - UMPL/B / 2013 - 2015

 

Lors d’un déplacement au Burkina Faso en 2007, des membres d’ABADAS (Association Bretonne d’Aide Directe à l’Afrique Sub-saharienne) ont rencontré des éleveurs et des transformateurs (mini-laiteries). Ils recherchaient des fournisseurs de lait local pour le substituer aux envois de lait en poudre exporté de Bretagne par l’association depuis plusieurs années. Ce lait bénéficie aux enfants de collèges et d’orphelinats burkinabés aidés par ABADAS.
L’objectif était, tout en poursuivant la fourniture de compléments alimentaires, de favoriser l’autonomie alimentaire et le développement de la filière lait local à partir de l’activité des petites exploitations familiales.   
Grâce au Père Maurice Oudet, Président-fondateur du SEDELAN (organisation impliquée dans le développement des Organisations Paysannes. Outre une publication hebdomadaire à large diffusion [abc Burkina], le SEDELAN édite en langues locales des ouvrages de vulgarisation) ils ont pu rencontrer les femmes de la mini-laiterie de Koudougou et avoir connaissance de la création récente de l’Union Nationale des Mini-laiteries et Petits Producteurs de Lait au Burkina Faso (UMPL/B).
Le but de cette création était d’unir les petits paysans (éleveur) et les transformateurs pour constituer une «  filière lait local  ». En approvisionnant les villes avec des productions alimentaires locales de qualité, le monde rural qui constitue 80% de la population burkinabé se développera. Cette production locale permettra aux éleveurs locaux comme aux paysans des autres filières agricoles de vivre correctement au pays. Ce développement endogène, basé en partie significative sur l’activité familiale, préservera le développement économique du plus grand nombre et facilitera l’acquisition de l’autonomie alimentaire du Burkina Faso. 
De 2007 à ce jour, des rencontres et des échanges, tant au Burkina qu’en France, ont eu lieu entre les membres de l’UMPL/B et d’ABADAS, et dorénavant les produits laitiers locaux ont remplacé le lait en poudre importé dans les fournitures aux collèges et orphelinats burkinabés, pleinement satisfaits de leur qualité.  

Au cours des différentes rencontres un problème crucial a été identifié par l’Union et présenté aux membres d’ABADAS, celui de la sous-alimentation des vaches en général et tout particulièrement en fin de saison sèche en raison du manque d’herbe, donc de la chute brutale de la production laitière. Ceci a été constaté en 2010 lors d’un déplacement au Burkina de 2 membres d’ABADAS, dont un vétérinaire ayant l’expérience de l’élevage en pays chauds. 
Dès ce premier voyage une première réunion de formation réunissant une trentaine d’éleveurs et gérants de mini-laiteries a été organisée pour cibler leurs besoins, et déjà leur proposer différentes techniques d’alimentation, de récolte et de stockage de fourrages leur permettant de mieux passer la longue saison sèche (7 à 8 mois).

Le succès des méthodes proposées a amené ensuite ABADAS et l’UMPL/B à élaborer un programme de formation destiné aux éleveurs fournisseurs des 30 mini-laiteries adhérentes sur 4 semestres, de juillet 2013 à juin 2015. Ce programme, d’un budget de 41  600 € a reçu l’aide de la Région Bretagne (12  000 €), du Département du Morbihan (4  000 €) et de la municipalité d’Arradon (1  000 €). Il était prévu de former au moins 300 éleveurs aux techniques de base  : récolte et stockage des fourrages, rationnement des vaches laitières, alimentation des veaux notamment avec un lait de substitution à base de graines de soja cuites,…. 

Trois membres du bureau de l’UMPL/B ont été formés afin de divulguer les techniques proposées aux éleveurs des différentes régions du Burkina. Un petit fascicule technique très simple a été rédigé, traduit par SEDELAN en 3 langues locales et distribué aux éleveurs. Le bilan de ce cycle de formations est très positif puisque plus de 500 éleveurs ont été formés et que la plupart d’entre eux ont amélioré sensiblement leur production et leurs revenus. 
Aujourd’hui, 11 nouvelles mini-laiteries ont rejoint l’UMPL/B et demandent que de nouvelles formations soient organisées pour leurs éleveurs, ce qui sera réalisé prochainement puisque le budget initial n’a pas été utilisé en totalité. 

Ce travail nous a permis d’aider de petits paysans à améliorer leur technicité et par conséquent leur production, et le revenu du lait étant souvent remis aux femmes, à améliorer l’alimentation et les soins de la famille. 

G.COTHENET / Dr. Vétérinaire ABADAS - Juillet 2015

 

Projet «  Formations pour une meilleure alimentation du bétail  »  au Burkina Faso
ABADAS - UMPL/B / 2013 - 2015

 

 

 

ASSEMBLEE GENERALE - ARRADON - 24 MAI 2016

Département Développement Economique : Opération "Formation pour une meilleure alimentation du bétail" au Burkina Faso (UMPL/B 2013-2016)

Grâce au Père Maurice Oudet, correspondant d'ABADAS sur place, lors d'un voyage au Burkina Faso en 2007, des membres d'ABADAS ont rencontré des éleveurs de vaches laitières et des transformateurs (mini laiteries). Ils recherchaient des producteurs locaux de lait pasteurisé pour le substituer aux envois de lait en poudre exporté de Bretagne par l'Association depuis plusieurs années.

L'objectif de ce voyage était, tout en poursuivant la fourniture de lait et de yaourts à un collège et à un orphelinat, de favoriser l'autonomie alimentaire et le développement de la filière lait local à partir de l'activité des petites exploitations familiales.

Le bilan des deux années de formation (Juillet 2013 à juin 2015) a été très positif puisque 610 éleveurs ont été formés et que la plupart d'entre eux ont amélioré leur production et leurs revenus. Les éleveurs qui ont commencé à appliquer ces méthodes ont augmenté leurs volumes de ventes de lait de 30% à 60%.

Education pour le Développement Durable :

11 Octobre 2017  - Monsieur Georges COTHENET, docteur vétérinaire, 40 années d'expérience, spécialiste de l'élevage et de l'alimentation des vaches laitières en pays tropicaux, a été désigné par la CASI Bretagne (Coordination des Associations de Solidarité Internationale) comme "personne ressource" en Bretagne concernant les questions d'élevage de vaches laitières et d'alimentation animale.